Le déroulement d’une séance

LE DÉROULEMENT D’UNE SÉANCE DE BOOTFITTING

Dans un premier temps, lors du déroulement d’une séance de bootfitting, vous allez faire face non pas à des vendeurs mais plutôt à des techniciens. Ces techniciens auront a coeur de vous conseiller et de trouver le meilleur produit adapté a votre pratique et votre volume de pied. Nous vous conseillons de prendre rendez-vous avec un bootfitter. En effet, afin de partager un moment de qualité, les différents techniciens sauront vous accueillir et se concentrer sur vous exclusivement.

L’ANALYSE

La plupart des magasins spécialistes bootfitting sont équipés d’un scanner 3D. Cet outil de précision accompagne l’oeil avisé des techniciens et permet alors d’être le plus précis possible. Le but étant de récolter le maximum de mesures les plus précises possible, à savoir :

  • Le périmètre mollet
  • Périmètre cheville
  • Le périmètre talon
  • La hauteur du coup de pied
  • Le périmètre et largeur métatarse
  • L’angulation de la cheville et des tendons d’Achille
  • La pression sous pied grâce au podoscope numérique

Cet outil, riche de plus de 600 000 pieds dans sa base de données va pouvoir situer les pieds des skieurs en fonction de la moyenne scannée. Également, le logiciel pourra sélectionner des chaussures présentes dans le magasin de bootfitting par degré de pertinence en terme de volume chaussure.

Toutefois, cette plateforme ne remplace pas le technicien. En effet, pour sélectionner la chaussure qui correspond le mieux, la communication avec la personne est primordiale. Le but étant d’en savoir plus sur le skieur a chausser.

Les centres d’intérêts des bootfitters vont être :

  • La fréquence de ski a l’année
  • Le niveau de ski ainsi que la pratique
  • Les différentes stations préférés
  • Avec qui la personne skie habituellement
  • La journée type de ski
  • A quelle période de l’hiver habituellement
  • Le modèle des chaussures actuelles, puis, le degré de satisfaction
  • S’il y avait déjà des semelles dedans
  • Le type de chaussettes utilisées
  • La sensibilité au froid
  • S’il y a eu des trauma pieds/jambes par le passé
  • S’il y a des douleurs récurrentes dans les chaussures

Toutes ces étapes vont amener à une chaussure dite « test » qui va permettre aux techniciens d’évaluer le degré de pertinence par rapport au bon déroulement de l’analyse.

LE CHAUSSAGE TYPE BOOTFITTING

Essayer une chaussure de ski, avec déjà sa chaussette ne va pas permettre au technicien de conseiller la personne au mieux. Pour cela, la préconisation des bootfitters sera de laisser le client pieds nus et de retirer le chausson de la chaussure, ainsi que la première de propreté.

Mais quel est l’intérêt de mettre un pied nu dans une coque vide ?

  • Contrôler la taille du pied dans la coque, en faisant toucher les orteils en avant de la coque. La norme sera 10mm pour être très précis type racing, 15mm pour un chaussage à la bonne pointure, 20mm sera pour un chaussage confort. Moins ou plus créera indubitablement de l’inconfort et surtout de la douleur a terme.
  • En reculant le talon en fond de coque les techniciens pourront contrôler la hauteur du coup de pied, normé à environ 20 mm d’espace avec la chaussure. Et également contrôler si les malléoles ne sont pas en contact de la coque.
  • Toujours le pied reculé, un exercice de balayage gauche/ droite de l’avant pied permet aux bootfitters de déterminer si le volume métatarse est bon. Il faut au moins compter une seconde de battement. Si il y a possibilité d’ouvrir le porte feuille du sabot alors ils devront observer, sur un pied centré, 5mm de chaque coté du pied au niveau de la 1ere tête métatarse et de la 5eme tête.
  • Vérifier la hauteur de collier par rapport a la hauteur et au volume mollet.

Une fois cet exercice terminé, les spécialistes de la chaussure de ski pourront passer a l’essayage de la chaussure avec chausson et chaussette. À propos de cet équipement, il est impératif de privilégier des chaussettes fines, plutôt que des grosses chaussettes. Pour des raisons de place, mais aussi de chaleur. Cette partie de l’essayage va permettre aux bootfitters de construire un diagnostique sur ce que le skieur va ressentir.

Une fois la coque sélectionnée, l’atelier suivant sera la semelle. Comme dis précédemment, en fonction de la recherche du client et de son volume coque, les bootfitters vont faire en sorte de trouver un modèle parfaitement adapté.

LA SEMELLE

Aujourd’hui de nombreux magasins de bootftting sont équipés de machines de fabrication de semelles. Celles-ci se composent d’un four pour faire chauffer les semelles, ainsi que d’une plateforme avec des coussins remplis de micro billes de silicone. Cette technologie est doté d’un moteur a vide d’air afin de pouvoir durcir l’empreinte et donc de préserver le moule au moment de la pose de la semelle.

Cette semelle moulée, ne se mettra pas directement dans la chaussure. Une mise à plat de la surface métatarse sera demandée. Ainsi qu’une taille a la bonne pointure et de quelques finitions :

  • Découpe du surplus de matière au talon et contour de la semelle
  • Taille de la voûte plantaire pour une bonne acceptation dans la chausson
  • Champs freiner la partie résine de l’avant pied pour une bonne mise a plat
  • Mise à plat du talon pour éviter le mouvement de la semelle et créer la stabilité
Search

mai 2021

  • L 12
  • M 12
  • M 12
  • J 12
  • V 12
  • S 12
  • D 12
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

juin 2021

  • L 12
  • M 12
  • M 12
  • J 12
  • V 12
  • S 12
  • D 12
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
0 Adults
0 Children
Pets
Size
Price

Compare listings

Compare