Les solutions bootfitting

Trouver le confort dans une chaussure de ski n’est pas toujours facile. Surtout si le pied accuse des excroissances visibles et douloureuses. Par conséquent, il existe, aujourd’hui, des solutions viables et efficaces proposées par les bootfitters.

Nous allons dans un premier temps, retracer les différentes pressions existantes. Ainsi que les solutions possibles en bootfitting. 

Enfin, il est important de ne pas oublier que dans tous les cas de figures, il est important de toujours créer de la stabilisation avec une semelle sur mesure.

LES DIFFÉRENTES PRESSIONS

les solutions bootfitting pied

Une gêne ou une douleur locale sur la zone interne du pied due à une saillie osseuse (métatarse et naviculaire)

Les solutions possibles : IPS / ICP / ON SKIN / Déformation de coque

solutions bootftting

Gêne ou douleur locale sur la zone externe du pied due à une saillie osseuse (métatarse)

Solutions possibles : IPS / ICP / ON SKIN / Déformation de coque 

solutions bootfitting pieds 3

Une gêne ou une douleur sur la malléole interne ou externe

Solutions possibles : IPS / ICP / ON SKIN Chausson Thermo / Déformation de coque 

solutions bootfitting

Épaisseur 5ème métatarse générant une gêne ou douleur externe globale

Les solutions possibles : IPS / ICP / ON SKIN Chausson Thermo / Déformation de coque 

solutions bootfitting

Un pied large à l’étroit dans la coque provocant douleur et inconfort latéral interne et externe

Solutions possibles : Chausson Thermo / Déformation de coque / Changement de chaussures

solutions bootfitting

Pied large à l’étroit dans la coque, provocant douleur et inconfort latéral interne et/ou externe.

Solutions possibles : Chausson Thermo / Déformation de coque

les solutions pieds bootfitting

Une chaussure trop ajustée trop courte générant des douleurs en bout d’orteils.

Les solutions possibles : Chausson Thermo / Déformation de coque / Changement de chaussures 

Voilà une vue exhaustive de tous les problèmes liés aux excroissances et pressions existantes dans une chaussure de ski. 

LES SYNDROMES

Toutefois, certaines pathologies nécessitent des attentions parfois différentes. Voici un tableau qui énumère les syndromes les plus courants rencontrés dans les magasins de bootfitting : 

Haglund Croissance d’une bosse derrière le talon, causée par le friction répétée de la chaussure
sur le calcanéum (os du talon). La maladie d’Haglund est là pour rester. Même si le changement de chaussures ou l’assouplissement de certaines structures permettra
de contrôler son évolution, il n’y aura pas de retour arrière sur sa présence.
Bursite Inflammation des bourses séreuses, ces petits sacs situés entre deux structures musculo-squelettique, au niveau des articulations.
La plupart du temps bénignes elles peuvent s’aggraver si le membre atteint n’est pas mis au repos
Morton Enflure du tissu de cicatrisation autour des nerfs des doigts de pied qui provoque une vive douleur, généralement entre le 3ème et le 4ème orteil.

La douleur semblable à une brulure est ressentie en position debout ou lors de la marche et rarement dans les deux pieds à la fois. (Le Morton pourrait être la conséquence d’une compression du nerf de l’avant pied à cause de chaussure trop étroite)

Raynaud Irrégularité de circulation du sang dans les artères de petit calibre (artèrioles) qui irriguent les doigts et les orteils.

Ce qui entraîne une perte de sensibilité et donne une couleur blanche ou bleu aux doigts ou aux orteils.

Hallux Valgux L’hallux valgus correspond à une déviation de la base du gros orteil vers l’extérieur. Le doigt de pied du gros orteil se rapproche du 2ème orteil, ce qui entraîne une déformation de l’avant du pied. L’hallux valgus, déformation osseuse, se manifeste sous forme d’une bosse au niveau du premier métatarse, à l’intérieur du pied.

Maintenant que nous en savons plus sur les différents syndromes récurrents, nous allons voir quels types de solutions sont possibles : 

LES SOLUTIONS

  • Haglund : Une découpe du chausson / déformation de coque / grinder la coque. Le but étant de créer de l’espace où se situe la bosse, afin de réduire la friction. 
  • Bursite : Tout comme le syndrome d’Haglund, il faut libérer la zone sensible afin d’éviter un gonflement plus important de la zone. 
  • Morton : Concernant la partie avant pied, le but est de créer beaucoup d’espace au niveau de la boite a orteils. En effet, il faut choisir un chaussant large. Mais aussi, ne pas hésiter a faire une découpe chausson en plus du thermo formage voir même de la déformation de coque. Enfin, si la personne n’est pas suivie, il est fortement conseillé de consulter un spécialiste. 
  • Raynaud : contre ce syndrome, il va falloir faciliter le retour veineux. La semelle sera un début. Un chausson thermo formable apportera une meilleure isolation, et permettra de créer plus d’espace au niveau de la boite a orteils. Et pour finir, toutes les solutions chauffantes tel que les semelles et les chaussettes seront des plus efficaces pour garder le corps a bonne température. 
  • Hallux Valgus : Plus ou moins proéminent, c’est une déformation osseuse qui s’opère très bien aujourd’hui. Mais qui peut être récurrente. En fonction de la grosseur de l’os, soit un thermo formage et une découpe chausson pourra suffire, ou bien une déformation locale permettra de le libérer tout en restant précis. 

LES BLESSURES

Voici une petite présentation qui montre le type de blessure dues à la chaussure de ski :

les blessures du pieds

LA DOULEUR TIBIALE

Également, il arrive très fréquemment de rencontrer des skieurs qui se plaignent de l’avant du tibia. Cette douleur peut provenir de plusieurs choses : 

Premièrement, une chaussure trop grande. En effet, lorsque le chaussant est trop grand, le talon ne peut pas se loger en fond de chaussure. Par conséquent, il continu à se lever et le tibia rentre donc en friction avec la languette de la chaussure. 

Deuxièmement, une chaussure trop rigide : Si l’on choisit un flex élevé, il faut appuyer plus fort sur la languette de la chaussure. Cependant, le tibia n’étant pas préparé naturellement a cet effort, il peut s’enflammer à terme. 

De plus, une chaussure trop souple : À l’inverse, si l’on choisit une chaussure trop souple, nous aurons tendance à forcer tout aussi fort. Sauf que le talon risque de commencer à se décoller et le tibia s’écroule complètement sur la languette. 

Enfin, une inflammation récurrente du périoste, également appelé périostite : C’est un problème médical courant chez le skieur. En effet, le périoste étant un tissu coller sur la face tibiale, s’il commence à s’enflammer, alors les solutions sont peu nombreuses. Par conséquent, il faudra s’armer de patience et appliquer du froid régulièrement. 

Pour conclure, nous retiendrons donc plusieurs faits importants. Lors du choix de la chaussure de ski, bien faire attention à la longueur du chaussant, mais aussi à sa rigidité. 

De plus, il existe aujourd’hui des solutions de prévention, pour les personnes les plus sensibles. L’application de plaques de gel / silicone ou mousse qui doit se faire dès le début du séjour. Si l’on attend que la douleur arrive, le pourcentage de réussite au soulagement sera très faible. 

Enfin, dans un souci de confort, la languette injectée est la solution la plus adaptée. Prenant une empreinte parfaite du tibia, avec un rembourrage de mousse polyuréthane pour la tenue, alors aucun mouvement ne peut se faire sentir. 

Search

mars 2021

  • L 12
  • M 12
  • M 12
  • J 12
  • V 12
  • S 12
  • D 12
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

avril 2021

  • L 12
  • M 12
  • M 12
  • J 12
  • V 12
  • S 12
  • D 12
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
0 Adults
0 Children
Pets
Size
Price

Compare listings

Compare